• « L’australian way of life » Caboolture

    18 au 22 Avril :

                 La maison de Die et Geoff

      

                 Le jour suivant nous quittons Emerald pour Rockhampton avec un ami de Kim. Il nous dépose là-bas 3 heures plus tard : nous voilà de retour sur Bruce Highway (la voie rapide qui longe la côte Est australienne). Il ne nous reste plus qu’à parcourir les 589 km qui nous séparent de Caboolture, le point de rendez-vous que nous avons fixé avec Die et Geoff, le couple que nous avions rencontré à Kuranda. Jour de chance : relancez les dés, et ne repassez pas par la case départ… le stop fonctionne à merveille. Au total, nous aurons parcouru pas loin de 850 km dans 5 véhicules différents, et malgré toute attente, nous atteignons la sortie de Caboolture le même jour. Il est 21h, Die et Geoff se présentent bien au rendez-vous et nous amènent chez eux pour y passer les 5 jours suivants.

     

     

     

                Nous sommes immédiatement séduits par l’ambiance ranch que dégage leur maison en bois. C’est Geoff qui l’a entièrement construite, avec les arbres qu’il a lui-même abattus et débités en planches. Sa cabane entourée de bois et de marécages est surveillées par son troupeau de vaches. On a l’impression d’être dans « la petite maison dans la prairie » à la différence près que la prairie se situe dans le bush australien…

     

                 Die a donné une touche très personnelle à cette maison : elle adore chiner dans les brocantes et a dégoté quelques antiquités australiennes pour décoration. Un de leurs amis grave des socles de bonbonnes de gaz, tandis que Die tourne et sculpte le bois avec une grande finesse. Sa maison et son jardin servent de lieu d’exposition à toutes ces œuvres. Nous sommes tombés dans un repère d’artistes, un peu hippies sur les bords, notre séjour n’en sera que plus intéressant.

    Die à la balle contact

                   Geoff a un petit avion, avec sa piste de décollage particulière, au beau milieu de leurs 65 hectares de terre. Il était mécanicien dans l’aviation, et en avait profité pour passer son brevet de pilote. Il nous propose alors de nous amener faire un tour au-dessus de sa propriété. Nous avons d’abord droit à un petit cours de navigation aérienne, à grand renfort de cartes, de compas et de message radio. Ensuite, il faut préparer l’appareil : pression des pneus, plein de carburant, puis c’est le moment d’embarquer… Nous grimpons dans l’avion, rejoignons la piste de décollage désertée par les génisses pour l’occasion et lançons les moteurs à plein régime. Quelques secondes plus tard, nous quittons le plancher des vaches pour nous élever dans le ciel. Perrine est à l’arrière, et moi en co-pilote juste à côté de Geoff. Je m’aperçois alors que ma place est équipée de doubles commandes. Geoff me sourit et me dis « tu veux essayer? ». J’ai du mal à cacher mon excitation mais appréhende en même temps l’idée de piloter cet engin. Geoff me dis « ne t’inquiète pas, au moindre problème je peux récupérer les commandes… ». Me voilà donc au beau milieu du bush australien, à piloter un petit avion sous la direction d’un vieux bonhomme expérimenté rencontré par hasard il y a 4 semaines dans un petit restaurant à plus de 800 km au nord. Si on me l’avait annoncé, je n’y aurais pas cru ! La vue est fantastique : nous survolons cette zone marécageuse et suivons de visu les méandres d’une rivière qui se jette dans la mer. Autour de nous : des pistes de terre rouge, des pairies pour les vaches et taureaux, des mangroves et des vestiges de la ligne de front entre australiens et japonais.

          L'avion de Geoff   Cours de topographie aérienne

    Vu d'en haut

               Mais revenons à nos moutons ou plutôt à notre oiseau de tôle et d’acier. Geoff me suggère de prendre un premier virage à gauche, puis un deuxième à droite, et encore un autre, puis on redresse la barre… Perrine à l’arrière, un peu isolée par le bruit du moteur, à l’impression qu’à chaque virage on va faire un looping… elle se cramponne. Au bout de quelques dizaines de minutes, il me dit « tu veux essayer d’atterrir ? » Heuuu… pourquoi pas… Pendant ce temps-là, Perrine transpire à grosses gouttes, elle est en train de se décomposer à l’arrière de l’avion. Nous perdons progressivement de l’altitude et de la vitesse pour nous rapprocher de la piste d’atterrissage. Lorsque nous ne sommes plus qu’à quelques mètres du sol, Geoff me dis « on va un tout petit peu trop vite, je reprends les commandes ». Il remet les gaz à fond, en une fraction de seconde, nous revoilà dans les airs. Il prend quelques virages à toute berzingue puis nous réaligne sur la piste pour le deuxième essai. Perrine s’est liquéfiée sur la banquette arrière, elle ne sait plus si son cœur bat trop vite, ou s’il s’est arrêté... elle avait déjà envisagé le drap à ses côté comme parachute. Je laisse cette fois la totalité des commandes à Geoff : l’atterrissage se passe tout en douceur. Nous descendons ravis de ces instants magiques, même si ce voyage a été fort en émotion pour Perrine.

    Geoff et Yann aux commandes

     

                Un après-midi Geoff décide de compléter notre stage de « la vie à la campagne » par une initiation au tir à la carabine. Geoff n’aime pas trop le chat de la maison, héritage des enfants de Die partis vivre ailleurs. Il surnomme l’animal « target », pour ceux qui ne parlent pas anglais, ça veut dire « cible ». Euh… « Geoff, on va tirer sur quoi ? ». Equipés d’un chapeau de cowboy, d’une carabine, et de quelques balles à lapin, nous partons à la chasse de la boite de conserve… une espèce plutôt endémique de l’Australie ! On a pris une boîte de betterave pour que ça fasse plus vrai (comme ça, il y a du sang quand on vise bien…). On fait les malins maintenant parce qu’on sait que c’était juste pour rigoler, mais on a tiré à balles réelles ! A chacun ses premières fois : Perrine a mis 3 balles sur 5 dans la cible, et moi 6 sur 5 selon mes estimations personnelles…

            Perrine à la chasse à la boite de conserve   La pauvre boite de conserve

    Le chapeau ça fait la différence... ;)

              Mais la boite de conserve n’est pas la seule chose que Geoff chasse. Une race particulière de crapauds buffles a été introduite en Australie il y a quelques années pour diminuer la population de scarabées nuisibles pour les plantations de cannes à sucre. Gros problème : ce crapaud n’a non seulement pas mangé les scarabées qui détruisaient les plantations, mais en plus il a déréglé les écosystèmes en se plaçant tout en haut d’une vaste chaine alimentaire. En effet, ce batracien est extrêmement venimeux : des glandes situées sur son dos sécrètent du poison tuant tous ces prédateurs ou presque. Seuls trois d’entre eux ont su contrôler sa prolifération : un serpent qui est insensible à ce venin, le corbeau qui plus intelligent que les autres animaux retourne le crapaud avant de le dévorer et n’est donc pas empoisonnée, et Geoff ! Sa technique est particulière : il les chasse à grand coup de club de golf… Equipés de nos costumes anti-moustiques, nous arbitrons ce match complètement fou ! Les petites grenouilles du Queensland sont tranquilles maintenant.

    Les crapauds   Une jolie petite grenouille

    Le crapaud swing   Non aux moustiques !!!

     

    N’oublions pas de parler des attachants animaux de compagnie de cette petite ferme avec en premier le chien Spoty. Il adore tellement les câlins que si personne n’est là pour lui, il marche sous les branchages / feuillages à sa portée pour profiter de leur caresses.

    Le chat (target ou turk) quant à lui est un petit curieux qui fourre sa tête partout. Il est allé fouiner jusqu’au fond des lampions de Die, ce qui lui a valu un collier plutôt inattendu … qu’il a ensuite fallu retirer avec une pince coupante. La fin du séjour approche, nous devons nous rendre à notre dernière étape du séjour : Brisbane.

            Spoty  Target

     

     

     

     

    « La chasse au trésorAsam Laksa de Penang (Malaisie) »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Mars 2017 à 13:46
    Its like you read my thoughts! You appear to grasp a lot approximately this, such as
    you wrote the e-book in it or something. I believe that you just
    can do with some percent to power the message home a bit, however other
    than that, this is excellent blog. A great read.
    I will certainly be back.
    2
    Mardi 16 Mai 2017 à 07:46
    It's going to be end of mine day, except before end I am reading this impressive post to improve my experience.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :