• Le musée de l’horreur

     

    Le musée de l’horreurNotre découverte de la ville a commencée par la base S-21: un musée témoignant des atrocités du génocide provoqué par les Khmers rouges de 1976 à 1979. A cette époque, les khmers avaient entamé une restructuration brutale et radicale de leur société, si bien que l’on parle de révolution. Leur objectif, suivant l’idéologie communiste, était de transformer le pays en une coopérative agricole dominée par les paysans. C’est à ce titre qu’ils vidèrent Phnom Penh et toutes les grandes villes de leurs habitants (vieillards, handicapés compris) et les forcèrent à travailler dans les champs avec des conditions proches de l’esclavage. Bien sûr toute désobéissance entrainée une exécution immédiate.

     

    Toutes les écoles furent fermées et transformées en prison de haute sécurité par les khmers rouges, c’est le cas du centre S-21 qui devint rapidement le plus grand centre de détention et de torture du pays. Ce centre a servi à exécuter les officiers khmers rouges (et typiquement avec leur famille) suspectés de trahison ou de coopération avec des services étrangers comme la CIA et le KGB, mais aussi une quantité de citoyens qui n’avaient rien demandés. La plupart du temps les gens ne savaient même pas pourquoi ils étaient arrêtés, mais étaient torturés jusqu’à ce qu’ils se confessent pour le crime qu’ils n’avaient pas commis! Des milliers de gens se retrouvent enrôlés chez les khmers rouges par peur des représailles. D’autres pensent qu’ils auraient plus de chance de survie en étant de l’autre côté de la barrière et choisissent donc le camp des révolutionnaires. Ce gouvernement a ainsi massacré plusieurs millions de cambodgiens dont plus de 20 000 dans le S21 en l’espace de trois ans. Seulement 7 personnes ont été épargnées en raison de leur métier : ils étaient photographes et prenaient des photos des prisonniers à l’entrée dans le centre de détention, et après torture ou décès.

     

             Des pièces entières de l’école sont consacrées à ces portraits, des milliers de gens (hommes, femmes, enfants, vieillards…) tels des fantômes hantant désormais à jamais ces lieux. Des regards effrayés, indignés, en colère… et au milieu quelqu’un qui sourit ?!? Pour la plupart la mort n’était que le soulagement de ne plus vivre dans la crainte et la souffrance. Seulement une vingtaine de personnes ont été retrouvées vivantes lorsque les vietnamiens sont venus libérer le peuple de la dictature des khmers rouges en 1979.

       Le musée de l’horreur  Le musée de l’horreur

                  La visite du lieu est d’autant plus troublante et choquante que tout a été laissé tel quel. On  peut encore voir les taches de sang dans les cellules et les outils de tortures utilisés (anciens équipements de sport de l’école servant de potence, outils de jardinage, chaise électrique…). A l’époque de cette folie furieuse,  Pol pot, le chef de file des artisans du massacre extermine tous les opposants politiques mais aussi simplement des modérés qui refusent de rentrer dans le jeu du massacre et des gens qui sont juste là au mauvais moment au mauvais endroit. La haine du peuple Cambodgien envers cet homme dont il ne faut plus prononcer le nom est d’autant plus marquée qu’il n’a jamais pu être jugé pour ces crimes. Caché en Thaïlande, il tenta de reconstituer des troupes pour reprendre le Cambodge, il y meurt en 1998.

       Le musée de l’horreur  Celui qui ne veut pas avoir faim doit...

                Ce centre de haute sécurité gardé secret a ainsi abrité le plus grand massacre de l’histoire du Cambodge. Laissé en l’état, comme la marque indélébile de la plus obscure période qu’est connu l’empire khmer, la visite de ce site a été éprouvante pour nous,  si bien que nous n’irons pas voir le camp d’exécution situé plus loin. La fin de la visite laisse un goût moins amer : une salle dédiée à la paix expose des dessins d’enfants colorés : un message de bonne augure pour ce peuple en pleine souffrance.

                          Le musée de l’horreur  Le musée de l’horreur

    « Arrivée à Phnom Penh : 24 décembre 2014Noël »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    michel loup
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 18:23

    après votre passionnant récit sur la chine,vous voilà au cambodge,pays qui a souffert de l'imbécilité humaine! crédulité de l'individu qui croit devenir maître du monde.normalement le cambodge est décrit comme un pays paisible et courtois.combien de temps restez vous dans ce pays?dommage,que vous ne restez pas j'usquau mois de mai ,car c'est la fête des khmers! jeu de mot bien entendu.bises et meilleurs voeux pour l'année 2015,viviane ,michel.

     

     

    2
    Vendredi 2 Janvier 2015 à 04:09

    Bonjour Michel et Viviane et bonne année ! Effectivement nous rejoignons ta description d'une population paisible et courtoise et extrêmement souriante. C'est vraiment agréable. Nous pensons y rester 3 semaines à 1 mois.. Dommage, nous allons rater la fête des Khmers wink2

    Bise à la prochaine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :