• Le pays de l'Inca: Cuzco

    Cuzco

                   Après une dizaine d’heure de bus nous atteignons la citée sacrée. Nous partageons un taxi avec 2 autres français pour nous rendre dans  le centre historique de Cuzco. Il nous dépose sur la place des armes. Comme à Arequipa, cette place possède un charme tout particulier. Elle est entourée d’arcades et de maisons coloniales aux balcons en bois sculptés. Deux gros édifices religieux en pierre viennent agrémenter le décor. La ville est très animée et plusieurs écoles et corps militaires défilent.

    défilé des écoles à Cuzco   place centrale Cuzco   place centrale by night Cuzco

     

    De là nous marchons à la recherche d’un endroit pour poser nos sacs et passer la nuit. Près de la place San Francisco, nous trouvons notre bonheur : une petite hacienda retapée pour devenir un hôtel. On s’attend à voir débarquer Zorro et le sergent Garcia à tout moment.

    notre hacienda dans cuzco

                  Nos ventres commençant à crier famine, nous nous mettons à la recherche d’un endroit où manger. Alors que nous nous redirigeons vers la place San Francisco, nous apercevons un marché de découverte des spécialités culinaires péruviennes. Ce nom nous parle bien, et nous décidons d’y faire un petit tour. Au menu, il y a le fameux cuy, c’est-à-dire du cochon d’inde. Ce dernier fait partit des spécialités locales, et nous ne pouvons pas quitter le Pérou sans y gouter. Il est servi coupé en deux et rôti. La tête n’est pas laissée pour les touristes, mais les locaux se l’arrachent ! Nous nous lançons, et contre toute attente, il s’agit d’un met raffiné au goût entre le canard et le chorizo, dommage qu’il n’y ait pas grand-chose à manger là-dedans. Nous nous laissons également tenter par le rocoto relleno (un poivron picant farcie) et une chicha morada en refresco (une boisson à base de maïs violet et ananas). Nous avons maintenant une chambre et le ventre plein, l’essentiel est fait, nous pouvons maintenant lézarder dans la ville.

    dégustation de cuy

     

    Cuzco était la cité sacré des incas. Ces derniers lui avaient donné la forme d’un de leurs animaux sacrés : le puma. Par la suite, elle est devenue l’emblème de la transition historique entre culture précolombienne et coloniale. Rien qu’en se baladant dans ses rues on en a vite un aperçu : les espagnols avaient rasé la plu   s grande partie de Cuzco pour reconstruire des bâtiments directement sur les fondations incas. Il y a quand même quelques restes de la cité antique, et une après-midi, nous nous mettons en quêtes de ces vieilles pierres vestiges de temps plus anciens.

    ancienne porte inca devenue une entrée d'hotel   Cuzco  

    rues de Cuzco

                 On se sent tout petit au pied des imposants murs de granit incas. On comprend tout de suite le génie de ces civilisations antiques: quoi de mieux, pour résister aux séismes et aux méfaits du temps, que de construire des murs en variant la taille et la forme des pierres. Pas de mortier ni de joints, les pierres taillées s’encastrent parfaitement les unes avec les autres en dessinant des angles variés (ça ne vous rappelle rien ? revenez quelques mois plus tôt aux temples d’Angkor au Cambodge). On peine à marcher sur les ruelles pavés qui grimpent (et oui on est quand même à 3400m d’altitude) à la recherche de la fameuse pierre aux 12 angles. On compte et recompte les angles des pierres taillées, puis soudain elle se présente à nous, encastrée dans les bases du palais de l’Inca Roca, devenu archevêché. Cette pierre, situé en plein milieu du « puma », est devenu symbole de la ville (et aussi d’une marque de bière locale : la cuzqueña). Pourtant elle n’est qu’un modeste exemple de ce que pouvaient réaliser les incas, des pierres avec 32 et 44 angles ont été retrouvées au Machu Picchu.

                 le puma de la ville de Cuzco   la pierre aux 12 angles de Cuzco

     

    Le Qoricancha, temple du Soleil, est un des meilleurs exemples de la collision culturelle entre les Andes et l’Europe. Cet ancien lieu de culte inca dédié au dieu soleil (Inti) était le plus somptueux temple de l’Empire Inca d’après la légende de l’El Dorado. Des statues en or tailles réelles le décoraient, ses murs étaient recouverts de panneaux d’or, et un gigantesque disque solaire en or réfléchissant la lumière du soleil permettait d’illuminer l’intérieur du temple. Les conquistadores en firent un monastère, en détruisant l’essentiel sans réfléchir, pour mieux arracher l’or qui recouvrait les murs de ce sanctuaire hautement révéré. 

    Il y a aussi un bon nombre de ruines Incas en périphéries de la ville, mais le quartier sécurisé se limitant au centre-ville, nous ne sortirons pas de là. Nous avons une fois de plus lu les alertes de l’ambassade de France, de nombreux enlèvements ou agressions ont eu lieu en se rendant dans ces quartiers. C’est bien dommage, mais nous ne prendrons pas le risque. Pour la première fois depuis notre départ en tour du monde, nous ne nous sentons pas en sureté dans un pays. Nous adaptons donc nos visites pour garantir notre sécurité.

     Marché de San Pedro : ce marché mérite à lui seul le déplacement. Outre la partie qui vend des babioles aux touristes, ce marché est haut en couleur et en odeur. On y trouve des montagnes de fruits et légumes d’Amérique du sud : un vrai plaisir pour les sens. Tout au long de notre séjour à Cuzco, nous y ferons plusieurs allers-retours pour acheter avocat, orange, pommes, mangue, granadilla et chilimoya. Une allée qui contraste bien avec sa voisine : le rayon boucherie. Pas besoin de savoir où il se trouve, on peut faire à l’odeur… les relents de viandes, abats, et tripailles en tout genre nous font retrousser les narines et retourner l’estomac. On vous donne un petit aperçu en image. Vous vous doutez bien qu’on a demandé si les museaux se cuisinaient, réponse : ça permet de faire l’  « escabeche ». On n’a pas la moindre idée de ce que c’est, mais ce plat a de suite été officiellement rayé de notre menu ! Ce marché est d’ailleurs un bon rendez-vous pour goûter de la cuisine locale et familiale à des prix défiant toute concurrence. Par contre mieux vaut y aller le midi, quand les plats viennent d’être cuisinés et les marmites bien chaudes. On a fait l’erreur une fois… ça nous a servi de leçon !

       les poupées de Cuzco   différentes sortes de maïs Cuzco

    le rayon boucherie du marché san pedro

     

     

    « Retour à la civilisation (colca partie 3)Le Machu Picchu »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :