• Les Chaines de Waitakere

     Waitakere range

     

     

     

    Les chaînes de Waitakere : ces reliefs sont apparues il y a 20 millions d’années suite à une éruption volcanique sous-marine. Une chaine montagneuse fut ainsi formée, et les quelques sommets qui pointaient en surface donnèrent des îles. Les remaniements opérés par les éléments naturels (la pluie, le vent et la mer) ont par la suite participé à modeler des paysages très particuliers de cette partie de la Nouvelle-Zélande.

     

     

     

     

     

                   Nous nous rendons au centre Arataki, pour avoir des informations sur les balades à faire dans le coin. Là-bas, nous sommes reçus par les ancêtres de Te Kawerau a Maki, gardiens du marae et des terres des alentours.

    Le marae du centre d'information Arataki

                    Ces sculptures servaient à transmettre oralement les histoires de leur peuple, de leurs guerriers et de leurs légendes. L’art maori est l’un des plus raffiné du pacifique du sud, rien à voir avec la sculpture kanake bien plus brute et rudimentaire. Les personnages sont ici très détaillés : yeux en nacre, parures et bijoux, armes… et donnent un réel caractère à ces ancêtres. On distingue aussi très bien le tatouage traditionnel maori sur le visage (le moko) indiquant l’appartenance sociale, le rang et le pouvoir de celui qui le porte. Les hommes sont tatoués sur tout le visage, alors que les femmes uniquement sur le menton et le pourtour des lèvres (c’est une chance quand on sait que le procédé utilise un ciseau en os pour tracer les lignes du dessin sur le visage et cela pendant plusieurs jours pour obtenir un tatoo en relief… aïe !).

    ancêtres Maoris

     

    Les cascades de Kitekite :

    Cette région était jusqu’au 19ème siècle recouverte de grand Kaori : de très grands conifères robustes et droits n’ayant pas ou très peu de branchages à leur base jusqu’à une certaine hauteur.  Cet avantage certains pour les ébénistes sera largement médiatisé entrainant une exploitation massive de ces arbres pour la construction de bateaux et de maisons. La randonnée que nous débutons abrite encore quelques-uns de ces arbres qui a tendance à disparaitre des forêts néo-zélandaises. Le gouvernement, soucieux de conserver ses espèces endémiques a mis un dispositif en place : avant d’attaquer notre balade dans les bois, il nous faudra désinfecter nos chaussures et les gratter sur un tapis afin de ses débarrasser des champignons transmettant une maladie mortelle pour ces arbres. Le grand ménage n’aura pas duré longtemps : nos chaussures seront de nouveau recouvertes de boue quelques mètres plus loin. Nous arrivons à la cascade de Kitekite, une des plus grandes et des plus spectaculaire chute d’eau du coin qui avait servie à acheminer les troncs coupés de Kaori lors de sa surexploitation.

     

     

         balade dans la forêt des grands kaoris  cascade kitekite

     

     

     

     

    Piha :

    La plage de Piha est un admirable exemple de remodelage du paysage par les éléments. Ses falaises à-pic voient se succéder plages de sable noir provenant des éruptions et de l’érosion des roches volcaniques, dunes de sables parsemées de hautes herbes sèches et pointes rocheuses. La mer y est particulièrement agitée : seul le « Lion Rock » du haut de ses 101m parvient à s’extirper des eaux.

             plage volcanique de Piha  (Waitakere range)   plage volcanique de Piha  (Waitakere range)

    Le Lion rock est un reste de cône volcanique qui n’a pas été épargné par l’érosion. Le caractère sacré de ce site sur les plans spirituels et culturels est révélé par la présence d’un gardien sculpté « pou ».  Ce rocher servait en fait de lieu de vie à la tribu TeKawerau a Maki lors de la saison de la pêche, mais aussi de ligne de défense contre les autres tribus.

            Lion rock (plage de Piha)   "pou" sculpté = gardien du lieu sacré sur le rock lion

     

    Un peu plus loin une plage secrète n’est accessible qu’à marée basse. Nous y découvrons un autre roché connu sous le nom de « trou de serrure » qui laisse percevoir les vagues au travers d’un orifice qui le traverse de part en part. Allons-nous-en avant que la mer nous submerge…

    plage secrète   plage secrète

     

     

     

                  Le 8 juin, nous quittons Dave, Leanne et leur tribu avec un pincement au cœur. Cette famille fait vraiment preuve d’une gentillesse et d’une générosité hors du commun, mais la route nous attend. Nous ne sommes pas prêts de les oublier…

     

     

     

    « Les Montagnes de feu d’AucklandRotorua: la ville de soufre »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :